Regard sur la trajectoire de l’AEEMS après 25 ans d’existence.

Ce troisième jour du Congrès est marqué par une activité d’une importance capitale.

Un panel s’est penché sur l’historique et les réalisations de l’AEEMS dans un thème intitulé : « Regard sur la trajectoire de l’AEEMS après 25 ans d’existence ».

Mame Abdou Sine, Secrétaire Général du RIS et membre fondateur de l’AEEMS est revenu sur la « création et évolution » de l’AEEMS. En tant que témoin occulaire, il peint le décor et le contexte de naissance de cette structure d’élèves et d’étudiants.

A l’entendre parler, ce fut un contexte difficile, depuis sa création en 1993, l’AEEMS a connu des crises et des moments décisifs comme en témoigne la succession des présidents (Pape Abdoulaye Sakho, Saliou Dramé, Mansour Ndiaye, Mouhamad Lamine Gaye, Alioune Badara Ngom et Fodé Mouhamed Coly) et les outils de travail (cadre logique, plan stratégique…) pour s’adapter et s’affirmer. Ainsi en fin stratège, l’AEEMS a théorisé la dynamique unitaire qui conduit en 2009 à la création d’un mouvement islamique qui s’occupe des questions plus globales de la société. C’est dans ce contexte qu’est créé le Rassemblement Islamique du Sénégal (RIS AL WAHDA).

Le deuxième paneliste Dr. Zeynab Kane Bodian, enseignante chercheur à l’université de Bambey, pour aborder sa partie « réalisations et apports de l’AEEMS » invoque ses souvenirs. Selon elle, l’AEEMS a beaucoup fait pour la société. Fidèle à sa devise et à sa ligne doctrinale, la structure a fortement contribué au changement de paradigmes du discours religieux par la vulgarisation de l’islam du juste milieu. Elle fait de la globalité de l’islam une priorité en s’appropriant la question de la femme par son fameux triptyque : « la cogérance, l’alliance et la coexistence ». Cette structure d’élèves et d’étudiants n’a jamais manqué de prendre position sur les problèmes  du monde musulman en défendant la question palestinienne.

Aujourd’hui, l’AEEMS peut être fière d’avoir des ressources humaines de qualité par la formation d’un nouveau type de citoyen et d’une grande élite intellectuelle qui défie le modèle classique.

Dans un Sénégal où l’entre aide tend à disparaitre, l’AEEMS a su forger des valeurs telles que la fraternité et la solidarité.

Le président de l’AEEMS, M. Fodé Mouhamadou Coly a exposé sur « la situation actuelle de la structure et ses défis ». Il a fait la contextualisation et a exposé les défis auxquels l’AEEMS est confrontée. Il a beaucoup insisté sur le défi de la compréhension (coran, sciences islamiques, textes de l’AEEMS,…) et celui de la discipline organisationnelle.  M. Coly a aussi invité les membres à se conformer aux directives  et orientations de la structure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici