Crises cycliques dans l’enseignement supérieur : l’AEEMS appelle à revenir à l’essence de l’Université

Des activités multiformes rythment les 72 heures de la section universitaire (SECUS) de l’Association des Élèves et Étudiants musulmans du Sénégal (AEEMS), ouvertes, vendredi.

Après une activité sur la sécurité routière, les membres et sympathisants se sont retrouvés autour d’un débat sur la nécessité de revenir à l’essence de l’université.

« L’université sénégalaise va, de plus en plus, mal. Elle perd continuellement sa place dans la société », a déploré Ibrahim GUEYE, le président de la SECUS, interrogé par NDARINFO, en marge d’une conférence sur ce thème.

« C’est une occasion de plancher sur la perte d’identité qui affecte les jeunes musulmans », a-t-il ajouté, en insistant sur les causes néfastes de ce relâchement sur la bonne marche de la société.

« Les grèves cycliques et dysfonctionnements dans l’organisation des examens, nécessitent des réflexions partagées, entre acteurs concernés pour trouver des solutions à ce problème », note Awa DIENG, la responsable de la commission féminine.

D’anciens membres des sections universitaires de l’AEEMS ont fait le déplacement à NDAR pour soutenir leurs frères et sœurs en la foi, dans cet appel au civisme qui, chaque année, gagne de l’ampleur.
Il faut par ailleurs signaler que Khalifa Ababacar SARR et Aboubacar Sidy SONKO, respectivement, ancien et nouveau président de l’association Wasanar ont pris part à la rencontre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here